Situation alarmante pour tout le secteur du spectacle vivant

Situation alarmante pour tout le secteur du spectacle vivant

Lundi 4 mai 2020, les membres de la commission Culture du Sénat ont interpelé le Ministre de la Culture sur la situation alarmante du secteur du spectacle vivant.

En tant que présidente du groupe d'études sur les arts de la scène, de la rue et des festivals en région, je suis particulièrement sensible à la détresse des professionnels frappés de plein fouet par les conséquences du confinement covid-19, ils sont à l'arrêt depuis le 13 mars dernier.

L'ensemble des représentants des acteurs culturels et artistiques de notre pays sollicitent les parlementaires pour obtenir le soutien du gouvernement dans cette épreuve, sans oublier personne : intermittents du spectacle, théâtre, cirques, cinéma, musées, musiciens, créateurs, artistes, auteurs, etc.

C'est pourquoi, aujourd'hui, la commission a tenu à interpeller F. Riester sur cette situation alarmante.

Voici le texte du communiqué de presse :

Depuis les 13 mars dernier, date de l’interdiction par le gouvernement des rassemblements de plus de 100 personnes, le secteur de la culture est à l’arrêt. Musées, cinémas, salles de concerts et de spectacles, petit et grands évènements ont précipitamment fermé leurs portes ou été déprogrammés pour permettre d’endiguer la propagation du coronavirus. Dans l’attente de l’annonce d’un plan de soutien par le Président de la République, la commission de la culture du Sénat a souhaité, dans un récent courrier adressé à Franck Riester, interpeler le Gouvernement sur la situation alarmante d’un secteur qui représente près de 3,2 % du PIB français - soit sept fois la valeur ajoutée produite par l’industrie automobile - et plus d’un million et demi d’emplois.

Mobilisée sur le sujet depuis la création de trois groupes de travail transpartisans consacrés à la « Création » animé par Sylvie Robert, au « Patrimoine » placé sous la responsabilité d’Alain Schmitz et aux « Industries culturelles » piloté par Françoise Laborde, la commission estime que les acteurs culturels doivent en premier lieu disposer de visibilité.

Si certains établissements seront autorisés à rouvrir leurs portes dès le 11 mai (bibliothèques, médiathèques, « petits » musées), le sort des salles de spectacle, des cinémas et des « grands » musées reste toujours en suspens.

De même, les « petits » festivals sont plongés dans le désarroi, compte tenu de l’annonce d’une interdiction, au moins jusqu’au 2 juin, des rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique comme dans le cadre privé.

La commission estime que les acteurs culturels ont besoin d’une clarification rapide sur le sort qui leur sera réservé, non seulement pour les mois à venir, mais également pour la nouvelle saison lancée à l’automne.

La commission souligne que les acteurs culturels réclament également la définition d’un cadre national visant à préciser les règles applicables au moment de la levée des interdictions.

Elle appelle de ses vœux l’établissement d’un protocole sanitaire par le ministère, en association avec les collectivités territoriales et les associations du secteur, comparable à celui défini pour l’ouverture des établissements scolaires, permettant au secteur de préparer sereinement la réouverture des établissements culturels et la programmation des spectacles.

Elle estime que cette crise constitue par ailleurs l’occasion d’avancer sur la question du statut des artistes auteurs ou la structuration de certaines filières, à l’instar de celle des arts visuels. Catherine Morin Desailly, Présidente de la commission, assure que « le lancement de tels projets innovants et mobilisateurs permettrait de répondre enfin aux inquiétudes exprimées avec force par l’ensemble des professionnels concernés au cours des semaines écoulées ».

La commission souhaite enfin attirer l’attention du ministre sur la nécessité de rétablir une véritable concertation avec les acteurs culturels ainsi qu’une étroite coordination avec les collectivités territoriales, placées en première ligne en matière de soutien à la culture et d’organisation de la vie culturelle sur les territoires. Les membres de la commission demandent à ce sujet au ministre de leur fournir de plus amples informations concernant l’ordre du jour des prochaines réunions du Conseil des territoires pour la culture (CTC) ainsi que les modalités de fonctionnement, la composition, le périmètre d’intervention et le calendrier des travaux de ses déclinaisons régionales.

La commission de la culture, de l’éducation et de la communication est présidée par 

Mme Catherine MORIN-DESAILLY (UC - Seine-Maritime).

Contact presse : Jean-Christian Labialle - 01.42.34.25.51

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Télécharger le communiqué de presse du 4 mai 2020

 pdfCommission_Culture_spectacle_vivant_040520.pdf